Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal.
Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal.
Vaccin contre la grippe en spray nasal ou en injection: lequel est meilleur chez les enfants.

Il y a quelque mois les experts des CDC recommandaient que le vaccin contre la grippe en spray nasal ne soit plus utilisé  aux États-Unis car les études ont montré qu’au cours des dernières années,  il n’avait pas été  efficace pour prévenir a grippe chez les enfants et les adolescents tel que l’on pensait.

Un autre étude  arrive à une autre conclusion. L’objectif  de cette étude était de déterminer si le vaccin contre la grippe en spray nasal Flumist était plus efficace que le vaccin inactivé en injection pour protéger les enfants et les adolescents contre la grippe.  L’étude s’est déroulée chez les Huttérites une communauté qui vit en petits villages ruraux isolés, un peu comme les  Amish,  lesquels sont souvent touchés par des éclosions de grippe.

D’octobre 2012 à mai 2015, soit pendant 3 saisons de grippe , les individus de la communauté ont été divisés en 3 groupes.  Au total 1186 canadiens huttérites âgés de 36 mois à 15 ans  ont été vaccinés avec le vaccin contre la grippe en spray nasal ou le vaccin inactivé injectable et 3425 membres de la communauté n’ont pas été vaccinés.

Le premier objectif était de déterminer  avec un test de laboratoire TR-PCR ( reverse transcriptase polymerase chain reaction) qui avait fait la grippe A ou B , chez les personnes vaccinées et non vaccinées.

La protection accordée par le vaccin contre la grippe en spray nasal était de 77% tandis que la protection accordée par le vaccin contre la grippe injectable était de 72%.  5.3% des individus ayant reçu le vaccin contre la grippe en spray nasal ont fait la grippe  comparativement à 5.2% des personnes qui ont été vaccinées avec vaccin injectable contre la grippe. il n’y a pas de différence significative entre les 2 groupes(95% IC 0.85 à 1.24).

La protection accordée par le vaccin contre la grippe en spray nasal et le vaccin contre la grippe injectable étaient comparables.

La controverse continue…

Ces résultats en apparence contradictoires montrent comment il est difficile de comparer l’efficacité de 2 vaccins contre la grippe. Il y a beaucoup de variables à tenir compte dans l’interprétation des résultats ce qui rend l’extrapolation des résultats d’une étude à une population plus vaste très compliquée. À titre d’exemple, les études menées au Canada utilisaient le vaccin contre la grippe trivalent tandis que le vaccin utilisé dans l’étude américaine était un vaccin quadrivalent (les vaccins trivalents contiennent 3 différentes souches de grippe tandis que les vaccins quadrivalents en renferment 4). Chaque souche de virus contre la grippe d’un vaccin contre la grippe est en compétition avec les autres souches pour stimuler le système immunitaire adéquatement. Certains experts pensent qu’il est possible qu’avec un nombre accru de souches le système immunitaire ait besoin d’une dose supérieure de virus pour être stimulé et produire des anticorps.

On attend les recommandations des experts canadiens qui doivent se réunir en octobre. C’est à suivre…

 

Le vaccin contre la grippe en spray nasal Fluenz ou Flumist non efficace?

Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal dont l'efficacité est controversée.
Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal dont l’efficacité est controversée.
Vaccin contre la grippe en spray nasal ne serait plus efficace.

Le vaccin contre la grippe en spray nasal FluMist ou Fluenz (en France),  est inefficace et ne doit pas être utilisé pour la prochaine saison de grippe 2016-2017, a indiqué, le 22 juin, un comité d’experts des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains. Le vaccin produit par MedImmune, filiale d’AstraZeneca, est utilisé chez les jeunes de 2 à 17 ans.

Des données contradictoires sur le vaccin contre la grippe en spray nasal.

Selon  les CDC américains le vaccin contre la grippe en spray nasal (appelé Flumist aux États-Unis et au Canada et Fluenz en France) n’aurait pas été efficace au cours des 3 dernières saisons grippales.  Les données préliminaires montrent que le vaccin contre la grippe en spray nasal chez les enfants de 2 à 17 ans a montré une efficacité de 3% pendant la saison de la grippe 2015-2016 (intervalle de confiance -49% à + 37%).  Avec ces chiffres on peut estimer que le vaccin contre la grippe en spray nasal n’a apporté aucune protection chez les enfants pendant la saison 2015-2016.

En comparaison le vaccin contre la grippe injectable avait une efficacité de 63% (intervalle de confiance +52% à + 72%) pendant la même période, toujours chez es 2 à 17 ans. D’autres études de sources différentes en arriveraient aux mêmes résultats.

Mauvaise performance du vaccin contre la grippe en spray nasal durant les saisons 2013-2014 et 2014-2015.

Saison 2013-2014

Selon les CDC durant la saison de la grippe 2013-2014 les études n’ont montré aucune efficacité du vaccin contre la grippe en spray nasal Flumist contre la grippe A H1N1 chez les enfants pendant que pour les enfants de 2 à 8 ans, le vaccin injectable avait une efficacité de 60% contre le virus de la grippe H1N1. Le virus de la grippe A H1N1 était la souche de virus de la grippe prédominante en 2013-2014.

Saison 2014-2015

Durant la saison 2014-2015, l’efficacité du vaccin contre la grippe en spray nasal contre la souche de la grippe A H3N2 chez les enfants de 2 à 8 ans a été estimée  à  -23%  (intervalle de confiance à 95% de -90% à  21%) et l’efficacité du vaccin contre la grippe injectable était de 15% (intervalle de confiance de -20% à 40 %).  Ces données suggèrent que ni l’un ni l’autre n’a été efficace pour prévenir la grippe.

La compagnie AstraZeneca qui fabrique le vaccin contre la grippe Flumist a pour sa part réagit en émettant  un communiqué de presse disant que les données sont contradictoires avec celles  d’autres pays. Au Royaume-Uni des études ont montré une efficacité du vaccin contre la grippe en spray nasal de46-58% contre les souches de virus de la grippe en circulation.

Restez informé: abonnez-vous

Infections nosocomiales: état d’alerte à l’hôpital Georges-Pompidou

Infections nosocomiales: alerte à l’hôpital Georges-Pompidou

Comme si les infections à légionelle ne suffisaient pas, des champignons nommés aspergillus viennent d’être retrouvés dans les salles d’opération de l’hôpital Georges-Pompidou. . En attendant d’en trouver l’origine, des blocs opératoires sont fermés, de même que certaines urgences.

On se rappelle que l’hôpital Georges-Pompidou avait été enquêté en 2009 pour «homicides involontaires», «fautes caractérisées» et «mise en danger délibérée de la vie d’autrui». Un rapport d’expertise sur la construction du bâtiment a révélé des problèmes dans les tuyaux sanitaires «sous-dimensionnés . Une série d’«anomalies majeures» dans le réseau d’eau avait en fait été signalée, mais l’hôpital avait ouvert ses portes «en l’absence des certificats de conformité obligatoires». Le directeur de la société Gegelec-Dolbeau qui avait installé les tuyaux, et le directeur du bureau d’études qui contrôlait les travaux sont eux aussi été poursuivis dans cette affaire.

Cette fois c’est un champignon, l’aspergillus qui cause des problèmes.  «Lors des prélèvements systématiques de surveillance des salles 3,5 et 9 des blocs opératoires du 1er étage les prélèvements d’air et de surfaces (…) ont mis en évidence la présence de champignons filamenteux (seuil toléré: absence de champignons filamenteux).

Fermeture des urgences

Mardi, le Samu a été informé qu’en raison de la présence de ce champignon, les urgences othopédiques, viscérales de même que les urgences absolues de Pompidou étaient fermées. Les patients doivent être dirigés vers d’autres établissements. En plein état d’urgence et la veille du défilé du 14 juillet, la nouvelle inquiète au plus haut point les chirurgiens. Ils confient que si un événement comme le Bataclan venait à se reproduire, Pompidou ne serait pas en mesure de participer à l’effort collectif.

Ce mardi matin, une réunion de crise était organisée à l’Assistance publique-hôpitaux de Paris.

Aspergillose

L’Aspergillose est un terme qui regroupe les infections causées par des champignons appartenant au genre Aspergillus, dont les spores sont véhiculées par l’air. On pense qu’à peu près tous les humains inhalent des spores d’aspergillus à tous les jours. Totalement inoffensif pour la majorité de la population, ces champignons peuvent cependant provoquer différentes formes de mycoses chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

De mauvaises conditions environnementales peuvent favoriser la croissance de ces champignons et les personnes hospitalisées qui sont vulnérables peuvent être affectées.

Antécédents de légionnellose

Onze patients avaient été contaminés entre 2000 et 2001 à l’hôpital Georges-Pompidou. Cinq d’entre eux étaient morts. De nouveaux cas de cette infection nosocomiale avaient été identifiés en 2007 dans le même hôpital.

Source:

Le Figaro

La grippe a causé un nombre record de décès au Québec pendant l’hiver 2014-2015.

La grippe a causé plus de décès en janvier 2015 que lors de la pandémie de H1N1.

La grippe a causé un nombre record de décès dans l’histoire du Québec pour un mois de janvier durant la saison 2014-2015. En effet, avec un maximum de 223 décès en une seule journée, pour un total de 6900 pour le mois de janvier 2015 pour le Québec, nul doute que le virus de la grippe A H3N2, a fracassé des records. Certes il est impossible de démontrer exactement combien de décès ont été causés par le virus de la grippe en janvier 2015 mais nous savons, selon l’Institut de la statistique du Québec, qu’en décembre 2014, il y a eu 4 fois plus de morts dont la cause a été identifiée comme étant « une grippe ou une autre pneumopathie ».  À titre de comparaison, la grippe espagnole avait causé le décès de 1600 personnes en octobre 1918.

Mauvaise conjoncture des planètes pour la saison grippale 2014-2015

 

Plusieurs facteurs viennent expliquer pourquoi le virus de la grippe 2014-2015 à frappé si fort. Tout d’abord il faut se rappeler que le vaccin contre la grippe 204-2015 avait une efficacité nulle au Québec car il était mal apparié au virus de la grippe en circulation. De plus, le virus de la grippe 2014-2015 était un virus H3N2, Ces virus sont habituellement plus virulent que les virus H1N1 et les virus de la grippe B. La saison grippale a aussi débuté avant la période habituelle et s’est prolongé plus que prévu.

 

Votre enfant a la grippe: ne l’envoyez pas à l’hôpital avec un sirop contre la toux.

Sirop contre la toux: plus dangereux que l'on croit chez les enfants.
Sirop contre la toux: plus dangereux que l’on croit chez les enfants.

 

La grippe affecte 2,5 millions de français à chaque année.

Chaque année 3% à 8% de la population attrape le grippe. En France,  en moyenne, 2,5 millions de personnes sont concernées chaque année. et de 1 500 à 2 00 personnes en meurent. L’année 2014 a été particulièrement mauvaise en France, avec 18 300 décès causés par la grippe.

Les enfants victimes de la grippe plus souvent qu’on ne le croit.

Contrairement aux idées répandues, le virus de la grippe ne touche pas seulement les personnes âgées. Les enfants sont plus à risque de contracter un virus grippal de type A ou B que les adultes. L’absence d’exposition antérieure à des virus semblables au virus en circulation et le contact avec d’autres enfants (en milieu de garde, à l’école ou à la maison) expliquent en partie cette vulnérabilité accrue. De plus, les enfants sont plus susceptibles de transmettre la grippe aux membres de leur famille et de leur collectivité, notamment parce qu’ils excrètent le virus en plus grande quantité et plus longtemps. Pendant l’épidémie grippale annuelle,  une moyenne de 20 % des enfants sont infectés par le virus de la grippe, parfois le taux d’enfants malades peut atteindre ou dépasser 40%, surtout chez les enfants d’âge préscolaire.

Les risques associés à la grippe chez l’enfant.

Dans la majorité des cas, chez l’enfant en bonne santé, la grippe évolue de façon favorable sans complications ni séquelles. Pour certains enfants, des complications peuvent survenir, notamment une otite moyenne aiguë, une sinusite ou une pneumonie.  Au moins quatre études américaines d’envergure ont montré que les enfants en bonne santé de moins de 5 ans qui attrapent la grippe ont plus de risques d’être hospitalisés. Le taux d’hospitalisation pour un problème lié à la grippe chez les enfants de moins de deux ans en bonne santé était douze fois plus élevé que celui des enfants de 5 à 17 ans en bonne santé . Il se comparait au taux observé chez les personnes de 65 ans ou plus en bonne santé et s’approchait de celui qui a été noté chez les enfants plus vieux et les adultes atteints d’une maladie chronique, On estime qu’entre 9 % et 20 % des enfants de moins de 5 ans consultent chaque année pour un problème de santé lié à la grippe.

Votre enfant a la grippe: ne l’envoyez pas à l’hôpital avec un sirop contre la toux.

Bien que la grippe soit une maladie sérieuse, ceci ne signifie pas qu’il faille administrer un sirop contre la toux dès que l’enfant est malade. Loin de là.

En 2009, Santé Canada a demandé aux fabricants de modifier l’étiquette des médicaments contre la toux et le rhume en vente libre qui contiennent certains ingrédients actifs de manière à préciser que ces médicaments sont contre-indiqués pour les enfants de moins de six ans.  Très peu d’études fiables peuvent appuyer l’efficacité de telles médications et plusieurs problèmes ont été associés à l’usage de ces produits ces les jeunes enfants dont des  intoxications accidentelles, des surdosages et des effets secondaires.

Toujours selon Santé Canada, les sirops qui contiennent les produits suivants ne devraient pas être administrés à des enfants de moins de 6 ans:

Antihistaminiques dans les médicaments contre la toux et le rhume
(pour traiter les éternuements et l’écoulement nasal)

  • maléate de bromphéniramine
  • maléate de chlorphéniramine
  • hydrogénofumarate de clémastine
  • maléate de dexbromphéniramine
  • chlorhydrate de diphénhydramine
  • chlorhydrate de diphénylpyraline
  • succinate de doxylamine
  • maléate de phéniramine
  • citrate de phényltoloxamine
  • chlorhydrate de prométhazine
  • maléate de pyrilamine
  • chlorhydrate de triprolidine

Antitussifs
(pour traiter la toux)

  • dextrométhorphane
  • bromhydrate de dextrométhorphane
  • chlorhydrate de diphénhydramine

Expectorants
(pour dégager le mucus)

  • guaifénésine (guaïacolate de glycéryle)

Décongestionnants
(pour traiter la congestion)

  • chlorhydrate/sulfate d’éphédrine
  • chlorhydrate/sulfate de phényléphrine
  • chlorhydrate/sulfate de pseudoéphédrine

De plus, récemment, une enquête, publiée dans l’édition de novembre, de l’association «60 Millions de consommateurs» a testé 37 traitements contre la toux sans ordonnance. Et les conclusions sont sans appel. La grande majorité des traitements seraient inefficaces voire à risque: «Leur efficacité reste modeste et seule une minorité peut être recommandée. Les autres sont sans intérêt ou présentent un rapport bénéfice/risque défavorable», conclut l’enquête.

Plusieurs ingrédients des sirops contre la toux sont inutiles  voire dangereux. Par exemple une toux grasse et productive doit être maintenue car c’est le mécanisme de défense des bronches qui essaient d’éliminer le mucus et les bactéries. De nombreux décongestionnants peuvent causer de l’insomnie ou de la somnolence (selon le produit utilisé) et même des palpitations d’où un risque d’effets secondaires sur le cœur en cas de surdosage et même parfois à dose recommandée pour les personnes sensibles.

Quoi faire pour protéger les enfants contre la grippe?

Pour prévenir la grippe rien ne vaut le vaccin contre la grippe. Il existe des vaccin contre la grippe pour les enfants de 6 mois et plus. Pour les enfants de moins de 6 mois de nombreux pays recommandent la vaccination de la femme enceinte. Ainsi les anticorps que son corps produit contre le virus de la grippe sont transférés à l’enfant lors de l’accouchement. Il est important aussi que les autres membres de la famille en contact avec l’enfant soient vaccinés. Bien que le vaccin ne soit pas efficace à 100% ( 40% à 60% dans les bonnes années) c’est encore le moyen disponible le plus efficace de prévenir la grippe et ses complications chez les enfants comme chez les adultes.

En plus de la vaccination, il est age de ne pas exposer l’enfant à la fumée de cigarette laquelle est connue pour augmenter le risque d’infection des voies respiratoires de 50%. Si votre enfant fréquente un milieu de garde c’est un risque supplémentaire qui sera probablement difficile à éliminer.

Que faire si malgré tout l’enfant attrape la grippe?

Premièrement éviter qu’il soit en contact avec des personnes vulnérables, comme grand-maman qui a de l’oxygène à domicile…On dit que la grippe est contagieuse de 24 heures avant jusqu’à 7 jours après  le début des symptômes chez l’enfant.

Si votre enfant est à risque augmenté de complications il pourrait être important de consulter dès l’apparition de symptômes: certaines association de pédiatres recommandent pour des clientèles très ciblées et à risque de complications, l’utilisation d’antiviraux. Ces médicaments doivent être données rapidement au début des symptômes pour avoir leur efficacité maximale ( dans les premiers 48 heures de préférence).

Il est aussi important de s’assurer que l’enfant est bien hydraté et qu’il boit normalement. La fièvre peut être contrôlée avec de l’acétaminophène. C’est aussi une bonne idée de s’assurer que l’humidité ambiante est adéquate (40% à 60%) surtout dans la chambre à coucher.

En cas de signes de complications ou de symptômes persistants, il faut consulter rapidement un médecin.

Pour de l’information additionnelle consultez :

Pour demeurer informé abonnes-vous.

[wysija_form id= »1″]

Pourquoi c’est l’hiver que l’on attrape la grippe.

C'est l'hiver que les risques d'attraper la grippe sont les plus élevés.
C’est l’hiver que les risques d’attraper la grippe sont les plus élevés.

La grippe c’est l’hiver!

La grippe est associée avec la saison hivernale: c’est connu. Ce qui l’est moins c’est pourquoi l’hiver. Si le virus de la grippe était comme nous, ne lui serait-il pas beaucoup plus facile de survivre l’été et d’ainsi de faire plus de victimes?

En fait il y a plusieurs raisons pourquoi la grippe c’est l’hiver.

Premièrement le virus de la grippe est plus stable par temps sec et on sait que l’hiver l’air froid est plus sec. Je ne parle pas d’humidité relative qui elle est reliée à la quantité d’eau maximale qui peut être contenue dans un volume d’air à une température donnée mais d’humidité absolue. Moins il y a d’eau dans l’air, plus l’enveloppe du virus de la grippe est stable, L’été l’air étant gorgé d’eau l’enveloppe du virus de la grippe se dégrade plus rapidement. Le virus survit moins longtemps sur les objets. Il perd donc son pouvoir infectieux. L’hiver c’est le contraire.

Deuxième raison elle aussi reliée à l’humidité: les particules qui flottent dans l’air et ainsi transmettent le virus de la grippe jusqu’à une distance de 2 mètres, sont plus grosses en été lorsque qu’il y a plus d’humidité.  En hiver les petites particules peuvent donc se promener plus longtemps et avoir plus de temps pour trouver un hôte à infecter.

Troisième raison: dans les pays nordiques, l’hiver on sort moins dehors, les fenêtres sont fermées, on est plus proches les uns des autres. Il y a donc plus de risque d’être près d’une personne malade. Plus il y a de personnes malades, plus nous sommes à risque de se trouver près de l’une d’elle.

En conclusion, avec l’automne le risque de grippe es arrivé. Le meilleur moyen de se protéger de cette maladie sérieuse est de se faire vacciner.

[wysija_form id= »1″]

Début de la campagne de vaccination contre la grippe en France: vous ferez-vous vacciner?

Début de la vaccination contre la grippe 2015-2016 en France
Début de la vaccination contre la grippe 2015-2016 en France

Chaque année, deux millions de français attrapent la grippe.  Bien que la grippe soit plus sévère que le rhume, les personnes s’en tirent habituellement assez bien après quelques jours d’absence au travail. Pour d’autres l’infection est plus sérieuse et peut entraîner des complications pulmonaires comme des pneumonies. À chaque année la grippe tue entre 1 500 et 2 000 français.

La campagne de vaccination contre la grippe en France débute aujourd’hui le 12 octobre .

La vaccination contre la grippe est en déclin en France et ce depuis plusieurs années même chez les personnes âgées.

Pourquoi se faire vacciner contre la grippe ?

Une bonne efficacité contre la grippe se situe à environ 50% . Ce qui signifie qu’environ 50% des personnes vaccinées n’auront pas à consulter un médecin. Même pour les personnes pour qui le vaccin n’empêche pas une consultation médicale, elles peuvent quand même avoir une certaine protection contre les hospitalisations et les complications mortelles. Plus la couverture vaccinale est bonne, moins il y a de transmission du virus de la grippe. Se faire vacciner est assez simple puisque le vaccin est disponible librement et sans ordonnance en pharmacie.

Êtes-vous dans un groupe pour lesquels le vaccin contre la grippe est recommandé?

Le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) recommande la vaccination pour :

  • les personnes de 65 ans et plus,
  • les personnes atteintes de certaines maladies chroniques,
  • les femmes enceintes,
  • les personnes souffrant d’obésité.

Quels vaccins contre la grippe sont disponibles en France?

De nouveaux vaccins contre la grippe 2015-2016 sont disponibles sur le marché français : il s’agit du vaccin vivant atténué administré par voie intranasale  et de vaccins quadrivalents dont la composition inclut une souche supplémentaire de virus grippal de type B par rapport aux vaccins trivalents. Ces vaccins quadrivalents ne font pas l’objet en France de recommandation particulière. Sur le plan pratique, deux spécialités de vaccins quadrivalents seront disponibles : le vaccin inactivé injectable (Fluarix Tetra) et le vaccin vivant atténué intranasal (Fluenz Tetra).  Ainsi, au cours de la saison 2015-2016, des vaccins trivalents inactivés (ceux utilisés depuis plusieurs années) et des vaccins quadrivalents seront disponibles en France et dans de nombreux autres pays européens.

Pas d’avantage pour le vaccin intranasal quadrivalent.

Selon la Haute autorité de Santé:

  • FLUENZ TETRA est un vaccin nasal, vivant atténué, qui est autorisé pour la prévention de la grippe chez les enfants et les adolescents âgés de 24 mois à moins de 18 ans.
  • Ce vaccin est le premier autorisé contenant quatre souches de vaccin grippal, deux de type A (H1N1 et H3N2) et deux de type B (Yamagata et Victoria), soit une souche de virus B supplémentaire par rapport aux vaccins grippaux trivalents disponibles.
  • Il n’a pas été démontré que cet ajout apportait un avantage clinique par rapport aux autres vaccins.
  • L’immunogénicité de FLUENZ TETRA n’est pas inférieure à celle de FLUENZ, formulation trivalente.
  • Il n’est pas attendu d’impact de l’ajout d’une seconde souche de virus B sur la santé publique.

Quand se faire vacciner ?

La campagne nationale de vaccination contre la grippe commence début octobre et se poursuit jusqu’à fin janvier en France métropolitaine, Martinique, Guadeloupe et Guyane. Il ne faut pas oublier que le vaccin prend environ 2 semaines pour être efficace.  Une seule injection par an suffit, mais pour les enfants de moins de 9 ans jamais vaccinés, deux injections à quatre semaines d’intervalle sont nécessaires.

[wysija_form id= »1″]

Les bactéries et les virus s’invitent dans votre chambre d’hôtel.

 

Les bactéries et les virus sont partout dans votre chambre d'hôtel.
Les bactéries et les virus sont partout dans votre chambre d’hôtel.

Où sont les bactéries dans votre hôtel?

Vous pensez que votre hôtel est propre parce que la femme de ménage vient de passer. Détrompez-vous ce pourrait bien être le contraire. Dans une étude on a mis un virus inoffensif dans une chambre d’hôtel et fait des prélèvements le lendemain pour savoir où le virus était rendu. On a retrouvé le virus dans les 4 chambres adjacentes à la chambre contaminée, sur la table dans la salle de conférence, sur un tiers des mains des conférenciers et sur la poignée de la cafetière de la salle de pause.

Pourquoi les hôtels sont un nid à microbes?

La prévention des infections dans un hôtel n’est pas   une tâche facile. Les raisons sont simples:

  • plusieurs personnes sont rassemblées dans un même bâtiment
  • des gens de partout dans le monde se côtoient
  • les matériaux ne se prêtent pas toujours à la désinfection (ex tapis de la chambre d’hôtel)
  • les coûts élevés engendrés par un entretien adéquat

Comment attraper une infection dans un hôtel?

Voici différentes façons de contracter une maladie infectieuse dans un hôtel:

Les bactéries et les virus peuvent vous contaminer de plusieurs façons dans un hôtel À partir des mains du cuisinier jusqu’à la télécommande de la télé en passant par des bactéries comme la légionelle dans l’eau du spa.

Comment se fait la transmission?

Les gens contagieux éternuent et projettent ainsi de minuscules gouttelettes dans l’air jusqu’à 2 mètres. C’est une des voies empruntées par les virus respiratoires comme le rhume et la grippe. Certaines bactéries, comme la tuberculose, peuvent voyager encore plus loin sous forme d’aérosols qui peuvent demeurer en suspension dans l’air pendant plusieurs minutes.

Un autre façon peut-être encore plus sournoise est d’utiliser les objets. par exemple la personne malade éternue dans sa main et ouvre une porte juste après. Toutes les personnes qui toucheront à la porte pour un certain tempes par la suite risqueront d’avoir la bactérie ou le virus sur les mains.

Se mettre les doigts partout çà rend malade.

Une fois les mains contaminées, le risque est très grand que le virus ou la bactérie trouve une voie d’entrée dans votre corps. Les adultes se touchent le visage environ 15 fois par heures en moyenne. Pour être plus précis: 2.5 fois les yeux, 5 fois le nez et 8 fois les lèvres. Chez les enfants c,est encore pire. Essayez ce petit test très simple, de ne pas toucher à votre visage ( yeux, nez et lèvres) durant le temps que prenez pour lire cet article.

La diarrhée à l’hôtel? Good luck!

La diarrhée est une maladie fréquente chez les voyageurs. Parmi les causes les plus fréquentes il y a le Norovirus. Ce virus qui donne une diarrhée qui dure quelques jours parfois accompagnée de nausées et de vomissements se transmet par les mains mais aussi par les petites gouttelettes qui peuvent être projetées par quelqu’un qui vomit.

Des virus de la diarrhée un peu partout! Yeurk!

Durant une épidémie de diarrhée à Norovirus dans un hôtel qui a duré 6 mois on a fait des prélèvements pour identifier le virus dans l’environnement. On a retrouvé le Norovirus dans l’hôtel aux endroits suivants:

  • 75 % des tapis
  • 39% des poignées de la chasse d’eau et des robinets
  • 24% des téléphones et des poignées de portes toilettes,
  • 20% des rideaux et des coussins
La télécommande de télé de votre chambre d'hôtel est souvent contaminée par des virus ou des bactéries.
La télécommande télé de votre chambre d’hôtel est souvent contaminée par des virus ou des bactéries.

La télécommande de la télé: à prendre avec des gants …de latex!

À titre d’exemple des prélèvements sur la télécommande de la télé sont particulièrement dégueulasses. Ainsi les télécommandes de la télé d’un hôtel ont montré de 2,500 à 430,000 bactéries. Plus encore, 37% étaient contaminées par des coliformes (bactéries présentes dans les selles), 12.5% par des E coli (bactéries dangereuses pouvant donner de la diarrhée) et ….18 % des télécommandes présentes dans les chambre de cet hôtel avaient des traces de sperme.

Plus on nettoie pire c’est?

Il y a pire. On a calculé le nombre de bactérie sur le dessus d’une table après qu’elle ait été nettoyé avec un linge. le décompte de bactérie empirait. Il y avait environ 100 fois plus de bactéries sur la table APRÈS qu’elle ait été nettoyée! Comme déjà mentionné, lors d’une étude, les 4 chambres adjacentes à une chambre contaminée montrait la présence de virus. Nous pouvons facilement conclure que plus on nettoie plus on risque de transmettre les microbes d’une chambre à l’autre. Ceci est spécialement vrai  si les méthodes employées sont inadéquates et les matériaux utilisés pour la chambre d’hôtel sont difficiles à désinfecter.

Comment réduire le risque de transmission d’infection à l’hôtel

On a montré que l’utilisation de serviettes désinfectantes et de solution hydro-alcoolique réduisait les virus sur les objets de 90% et sur les mains des clients de 50%.

Restez informé:

[wysija_form id= »1″]

Savez-vous où sont les bactéries au bureau?

Les bactéries au bureau sont partout.
Les bactéries au bureau sont partout.

Les bactéries au bureau se propagent rapidement après seulement quelques heures Nous sommes presque rendus à ce temps de l’année où vous commencez à reculer lentement pour vous éloigner de quelqu’un qui tousse ou éternue. Des études sont montré qu’en contaminant seulement une seule poignée de porte, les bactéries contamineront la moitié des surfaces dans un bureau et que la moitié des travailleurs auront la bactérie sur les mains dans les 4 heures qui suivent. C’est du moins les conclusions d’une étude menée à l’université de Tucson en Arizona. Les germes se sont propagés aussi rapidement quand les chercheurs ont infectés une seule personne avec un virus sans danger. Les mains sont plus vite que les éternuements. L’étude a été faite dans un bureau qui compte 80 travailleurs. On a contaminé une plaque sur la porte d’entrée de d’édifice avec un virus bactériophage MS-2. Bien que ce virus n’infecte pas les humains, il est semblable aux virus communs qui causent la grippe et le rhume. En 2 heures, le virus avait contaminé le poste de pause-café, la poignée de la cafetière, du micro-onde, et du réfrigérateur. Par la suite le virus s’est propagé aux toilettes et aux bureaux. Dans les bureau les chercheurs ont remarqué que les téléphones étaient lourdement contaminés par le virus, puis les bureaux et les claviers d’ordinateur.  En 4 heures, le virus a été retrouvé sur 50% des  surfaces fréquemment touchées et sur les mains de 50% des employés. Ceci est d’autant plus surprenant que la plupart des employés ne se connaissaient pas. Les résultats furent les mêmes lorsque les chercheurs ont infecté un seul travailleur. Dans les 4 heures qui ont suivi, la moitié des surfaces fréquemment touchées du bureau furent ont été contaminées par au moins un virus. Lors d’une intervention, les chercheurs ont donné du gel hydro-alcoolique et des serviettes désinfectantes à la moitié des travailleurs. Ils ont remarqué que la détection du virus sur les mains des travailleurs passait de 49% à 11%. Les études ont montré que les adultes se touchent le nez, les yeux et la bouche environ 16 fois à l’heure. Pour les enfants de 2 à 5 ans le nombre passe à 50 fois à l’heure. Restez informé et apprenez comment limiter les risques de maladies infectieuses au bureau: abonnez-vous et soyez informé lors de notre prochain article.

Vaccin contre la grippe et grossesse: un risque calculé pour la femme enceinte.

Vaccin contre la grippe et grossesse: un risque calculé pour la femme enceinte.
Vaccin contre la grippe et grossesse: un risque calculé pour la femme enceinte.

 

Le Haut Conseil de la santé publique recommande que toutes les femmes enceintes reçoivent le vaccin contre la grippe car les femmes enceintes présentent un risque accru de complications pulmonaires et cardiaques et d’hospitalisation. De plus, les nourrissons âgés de moins de 6 mois ont un risque élevé d’être hospitalisés et un risque augmenté de décéder de la grippe.

Décider de recevoir le vaccin contre la grippe est une décision qui doit se faire en toute connaissance de cause. Les avis des experts peuvent varier d’un pays à l’autre.

Voici les faits qu’il faut savoir pour prendre une décision éclairée.

  1. Les femmes enceintes sont plus susceptibles d’avoir des complications pulmonaires et cardiaques et d’être hospitalisées suite à une grippe surtout à partir du 2e et du 3e trimestre de la grossesse. Ces données connues de longue date, ont été confirmées à l’occasion de la pandémie de grippe de 2009 qui a été, en plus, marquée par un nombre élevé d’hospitalisations en réanimation pour des complications respiratoires graves nécessitant des thérapeutiques agressives.
  2. Les nourrissons de moins de 6 mois sont eux aussi plus à risque  d’hospitalisation, de complications de la grippe et de décès. Le risque d’hospitalisation des nourrissons âgés de moins de 6 mois est deux fois plus élevé que celui des nourrissons âgés de 6 à 12 mois et, globalement, le risque d’hospitalisation des nourrissons âgés de moins de 1 an est équivalent à celui des adultes à risque.  Une étude des Centers for Diseases Control and Prevention (CDC) a montré que le taux de mortalité lié à la grippe chez l’enfant est  maximal chez le nourrisson âgé de moins de 6 mois. Les enfants de moins de 6 mois ne peuvent recevoir de vaccin contre la grippe.
  3. Le vaccin contre la grippe protège les nourrissons de moins de 6 mois pendant leurs 6 premiers mois de vie. Le passage transplacentaire des anticorps maternels contre la grippe est bien documenté et permet de conférer une protection aux nouveau-nés  qui ne peuvent être vaccinés avant l’âge de 6 mois. Ceci a été démontré dans une étude prospective randomisée portant sur 340 femmes vaccinées au cours du 3e trimestre de la grossesse. Dans cette étude, les nourrissons étaient suivis jusqu’à l’âge de 24 semaines, permettant de mettre en évidence un effet protecteur conféré par la vaccination contre la grippe de la mère avec une réduction du nombre d’infections respiratoires chez les nouveau-nés jusqu’à 24 semaines de vie : réduction de 63 % (95%CI, 5-85) des grippes confirmées par un examen virologique, de 29 % des infections respiratoires toutes causes confondues et de 49 % du nombre de consultations pour signes respiratoires fébriles. Cette efficacité a été confirmée plus récemment dans deux autres études, une étude cas-témoins et une étude de cohorte.
  4. La grossesse n’influence pas la réponse du système immunitaire au vaccin contre la grippe. La vaccination contre la grippe administrée chez la femme enceinte induit une réponse immunitaire comparable à celle obtenue chez la femme non enceinte, et une réduction des épisodes pulmonaires fébriles.
  5. Les vaccins vivants contre la grippe sont contre-indiqués chez les femmes enceintes. Les vaccins vivants en général, tel que le vaccin intranasal Flumist, sont contre-indiqués pendant la grossesse. En effet, on ne connaît pas assez leur risque potentiels sur la grossesse et le foetus.
  6. La grossesse n’est pas une contre-indication à recevoir le vaccin contre la grippe pour une femme enceinte qui présente des facteurs de risque de complications. Parmi les conditions qui augmentent le risque de complications de la grippe il y a:
    • Troubles cardiaques ou pulmonaires chroniques assez graves pour nécessiter un suivi médical régulier ou des soins hospitaliers, entre autres :
      • dysplasie broncho-pulmonaire;
      • fibrose kystique;
      • maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC);
      • emphysème;
      • asthme.
    • États chroniques tels que :
      • diabète ou autres troubles métaboliques chroniques;
      • troubles hépatiques, y compris la cirrhose;
      • troubles rénaux;
      • troubles hématologiques, y compris l’hémoglobinopathie;
      • cancer;
      • déficits immunitaires, y compris l’infection par le VIH;
      • immunosuppression causée par la radiothérapie, la chimiothérapie ou des médicaments antirejet.
    • Conditions médicales qui peuvent affecter la capacité d’expulser des sécrétions respiratoires et la capacité d’avaler, entre autres :
      • trouble cognitif;
      • lésion médullaire;
      • trouble convulsif;
      • troubles neuromusculaires;
      • obésité morbide.
  7. Pour les femmes enceintes qui  sont en bonne santé les recommandations varient selon la façon dont on estime la sécurité du vaccin particulièrement en début de grossesse. Par exemple la France et le Royaume-Uni recommandent la vaccination contre la grippe aux femmes enceintes quel que soit le stade de grossesse. Au Québec, on recommande que la femme enceinte reçoive le vaccin contre la grippe à partir du 2e trimestre ( 13e semaine). Les raisons de cette différence de recommandation résident dans l’évaluation du risque de recevoir le vaccin contre la grippe pour une femme enceinte en bonne santé au début de la grossesse. Les experts du Québec, évaluent que si un risque de complication de la grossesse est très rare, les études actuelles n’ont pas la robustesse nécessaire pour le mettre en évidence. Autrement dit,  le nombre de femmes enceintes qui ont été vaccinées contre la grippe n’est pas suffisant pour mettre statistiquement en évidence un faible risque de complications.

Si vous êtes enceinte vous ferez-vous vacciner contre la grippe et à quel stade de votre grossesse?

[wysija_form id= »1″]

Tout sur la grippe.