Tous les articles par admin@preventiondesinfections.com

Grippe: foire aux questions ou tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la grippe.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la grippe.
Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la grippe.

 

Qu’est-ce que la grippe?

La grippe est une maladie causée par un virus qui s’attaque aux voies respiratoires supérieures comme le nez, la gorge, les bronches mais rarement au poumons.

Quels sont les symptômes de la grippe?

Les symptômes de la grippe sont:

  • l’apparition brutale d’une forte fièvre,
  • des myalgies,
  • des maux de tête (céphalées),
  • une sensation de profond malaise et de fatigue,
  • une toux
  • une mal de gorge
  • une congestion nasale avec écoulement.

Quelles personnes sont le plus à risque de complications?

La grippe peut causer des complications chez les personnes vulnérables comme les jeunes enfants, les personnes âgées et les malades souffrant de pathologies comme:

  • les problèmes de poumons chroniques,
  • le diabète,
  • le cancer,
  • les problèmes cardiaques
  • les problèmes rénaux.

Quel est l’impact de la grippe sur la santé de la population?

Lors des épidémies annuelles, 5 à 15 % de la population souffrent d’infections des voies respiratoires supérieures.  Certains disent que les épidémies annuelles entraînent entre 3 et 5 millions de cas graves et 250 000 à 500 000 décès par an dans le monde.

Pourquoi doit-on recevoir un nouveau vaccin contre la grippe à chaque année?

Le virus de la grippe modifie constamment 2 de ses protéines de surface. Les changements minimes de ces protéines sont appelés la dérive antigénique. C’est cette dérive qui nous oblige à reformuler le vaccin contre la grippe à chaque année.

Quelle est la période d’incubation de la grippe?

L’incubation est le temps requis pour que le virus qui a été en contact avec une personne, commence à la rendre malade. L’incubation de la grippe est de 1 à 4 jours.

Combien de temps est-on contagieux?

La contagiosité est la période pendant laquelle une personne peut transmettre le virus. La contagiosité de la grippe est de 7 jours.

Comment se transmet la grippe?
La transmission de la grippe se fait de trois façons:
  • par voie aérienne, au moyen des microgoutelettes et des particules excrétées par les sujets infectés lorsqu’ils toussent ou éternuent,
  • par contact direct avec une personne malade, par exemple en la touchant avec la main et ensuite en touchant une de nos muqueuses
  • par contact indirect, c’est-à-dire en touchant un objet qui a été contaminé par la personne malade.

Pourquoi attrape-t-on plus souvent la grippe l’hiver?

On prétend que c’est la survie du virus sur les objets par temps froid et sec qui explique pourquoi la grippe est plus fréquente l’hiver dans les pays au climat tempéré.

Comment fait-on le diagnostic de la grippe?
Plusieurs virus et bactéries peuvent mimer à la perfection les symptômes de la grippe comme par exemple:
  • les virus para influenza
  • les adénovirus
  • le virus respiratoire syncitial

Plusieurs autres infections peuvent avoir des symptômes en commun avec la grippe:

  • sinusite
  • pharyngite
  • bronchite
  • pneumonie

Lorsqu’il y a une épidémie de grippe dans la population, il est plausible de croire que la majorité des symptômes d’infections des voies respiratoires supérieures sont causées par le virus de la grippe. La valeur prédictive positive des tests rapides sera alors supérieure. Ceci signifie que la probabilité qu’un test positif soit vraiment causé par une grippe augmente, autrement dit qu’un test positif soit un vrai positif.

La culture virale, test dont le résultat est plus long à obtenir, est toujours utile particulièrement lorsqu’il y a peu de cas de grippe dans la population ou lorsque l’on veut savoir les sous-types et les souches du virus de la grippe.

Comment prévient-on la grippe?
Le meilleur moyen de prévenir la grippe est de se faire vacciner à chaque année. Les vaccins contre la grippe sauvent des milliers de vie et de complications à chaque année. L’efficacité du vaccin contre la grippe dépend de plusieurs facteurs. Tout d’abord il doit contenir les souches du virus de la grippe qui sont vraiment en circulation. De plus, l’efficacité dépend aussi de la personne qui est vaccinée. Une personne en bonne santé développera plus d’anticorps et sera par conséquent mieux protégée. À titre d’information le vaccin est efficace jusqu’à 70-90% pour prévenir les complications chez la personne en bonne santé et à 60% chez la personne âgée.
Un autre moyen de prévenir la grippe est de se couvrir la bouche et le nez avec un papier mouchoir ou encore la manche en cas de toux ou d’éternuements.
Il faut de plus  se laver les mains car le virus emprunte souvent ce moyen de transport pour infecter un nouvel hôte.
Comment traite-t-on la grippe?

La grippe étant une maladie virale, les antibiotiques ne sont pas utiles pour traiter la grippe. Habituellement, chez les adultes en bonne santé, la grippe ne dure que quelques jours et il suffit d’avoir un traitement pour minimiser les symptômes pendant quelques jours. Par exemple de l’acétaminophène pour diminuer la douleur, les maux de tête ou la fièvre.

Les antiviraux, lorsqu’ils sont administrés avant l’infection ou aux premiers stade de la maladie (dans les deux jours suivant l’apparition des symptômes),  peuvent prévenir l’infection ou, si elle s’est déjà installée, réduire la durée des symptômes d’un à deux jours.

Pendant plusieurs années, l’amantadine et la rimantadine ont été les seuls antiviraux. Même s’ils présentent l’avantage d’être relativement peu onéreux, ces deux médicaments ne sont efficaces que contre les virus de type A et peuvent avoir de graves effets secondaires (délires et convulsions survenant surtout à forte dose chez les personnes âgées). En outre, les virus tendent à développer des résistances.

Une nouvelle classe d’antiviraux, les inhibiteurs de la neuraminidase, est apparue ensuite. On y trouve le zanamivir (Relenza) et l’oseltamivir (TAmiflu) , qui ont moins d’effets secondaires (même si le zanamivir peut exacerber l’asthme et d’autres affections respiratoires chroniques) et les virus développent moins de résistances. Ces médicaments sont onéreux cependant et ne sont pas disponibles dans un grand nombre de pays.

En cas d’atteinte grave, il peut s’avérer nécessaire d’hospitaliser le malade et de le placer sous soins intensifs, antibiothérapie pour la prévention des surinfections et assistance respiratoire.

Source: OMS

La grippe et la gastro-entérite s’invitent à vos réunions familiales: voici comment les contrôler.

Les virus de la grippe et de la gastro-entérite risquent fortement d’être à votre party de Noël ou de la Saint-Sylvestre:.

Un peu partout dans l’hémisphère Nord les virus de la grippe et de la gastro-entérite sont en nette progression. En France , par exemple les cas de gastro-entérite ont dépassé le seuil épidémique depuis quelques semaines et la grippe devrait entrer en phase épidémique cette semaine. On sait qu’ à  chaque année ces deux virus dépassent le seuil épidémique pendant la saison hivernale. Parmi les hypothèses envisagées pour expliquer ce fait,  la sécheresse de l’air dans les habitations durant l’hiver qui augmenterait la survie du virus de la grippe et qui fragiliserait les muqueuses.

Comment minimiser l’impact de ces invités indésirables ?

Quelques conseils pourraient vous épargner  une infection respiratoire ou une dépense imprévue en papier hygiénique. Il ne faut pas minimiser les dangers de la grippe, elle tue ou envoie à l’hôpital  des milliers de personnes à chaque année. Comme j’ai l’habitude de dire pour expliquer à mes patients la différence entre le rhume et la grippe. .. »si vous avez mal à la gorge,  le nez congestionné, que vous commencez à tousser et que vous vous sentez fiévreux tout en vous demandant si vous devriez aller travailler aujourd’hui : vous avez un rhume. Si soudainement vous sentez que vous avez été  heurté par un train, que vous vous demandez comment vous allez pouvoir quitter votre lit et que vous vous foutez de votre travail: vous avez une grippe. « .

Voici comment augmenter vos chances d’éviter la catastrophe.

  1. Partagez cet article. C’est ce qu’on appelle de la prévention virtuelle. Il est prouvé scientifiquement que nous sommes à moins de 5 personnes de n’importe quel membre de Facebook. Il y a de fortes chances que vos invités sont des amis Facebook ou des amis de vos amis Facebook. Alors s’ils lisent cet article et qu’ils sont malades, ils vont peut-être avoir la gentillesse de ne pas vous rendre malade ou encore de ne pas contaminer un de vos invités lequel qui fait peut-être parti des personnes à risque de complications… En revanche, si quelqu’un se désiste à la dernière minute parce qu’il se dit malade, il vous faudra lui donner minimalement le bénéfice du doute et l’excuser et même le remercier.
  2. Si malgré tout,  un indésirable se glisse dans votre party, tout n’est pas désespéré. Peut-être qu’il aura la maladresse de dire à tout le monde comment il est brave et que rien ne l’arrête car il est venu même avec la grippe ou la gastro-entérite. Si c’est le cas, essayez subtilement d’en savoir plus, Une information utile est de savoir s’il est encore malade ( les maladies comme la grippe et la gastro-entérite sont moins contagieuses lorsque les personnes n’ont plus de symptômes.) Par exemple on dit qu’une personnes n’est plus contagieuse 48 heures après la fin de la diarrhée. Pour la grippe la contagiosité demeure au moins 5 à 7 jours après le début es symptômes.
  3. Si vous jugez que la personne est toujours contagieuse ( ce qui risque malheureusement d’être le cas), il ne vous reste que 2 choix pour contrôler cet acte de bioterrorisme à petite échelle. Première option, lui dire carrément de retourner chez elle car vous ne voulez pas rendre un de vos invités malade ( je sais que personne n’optera pour cette première option ce qui est bien dommage quand on pense qu’un de vos invité peut se retrouver à l’hôpital quelques jours plus tard à cause de votre manque de leadership (c’était la partie culpabilité). L’option 2, est celle de limiter les dégâts. Voici quelques suggestions applicables selon la situation…
  • Annoncer à tous vos invités comment ils sont chanceux d’avoir la présence de M. grippe malgré le fait qu’il soit si malade…. en espérant qu’ils vont comprendre le message… et garder leurs distances (on parle de 2 mètres)
  • Demander à votre invité indésirable de se laver les mains et lui fournir une quantité suffisante (genre une boîte) de papiers-mouchoirs.
  • Dans le même ordre d’idée, l’asseoir à l’écart et le tenir loin des personnes âgées et des jeunes enfants.
  • Si jamais c’était possible et que votre malotru souffre de diarrhée, lui offrir une toilette dédiée le plus loin possible en espérant que vous avez toujours une latrine extérieure communément appelée bécosse dans le fin fond de votre cour arrière. Si c’est le cas, et que la température extérieure est à -40 C: c’est parfait.
Une bécosse en hiver, l'endroit idéal à offrir à vos invités souffrant de gastro-entérite et qui ont eu la maladresse de venir quand même...
Une bécosse en hiver, l’endroit idéal à offrir à vos invités souffrant de gastro-entérite et qui ont eu la maladresse de venir quand même…
  • Dernière recommandation,  essayez de monitorer la santé de vos invités dans les jours qui suivent par exemple en vous informant sur votre page Facebook. Si quelqu’un tombe malade, ne vous gênez pas pour l’informer… ( je suggère je republier cet article 😉 )

Bref, on est fait fort, J’en profite pour souhaiter à tous  les lecteurs et lectrices de ce blog une joyeuse période des Fêtes et que la santé soit au rendez-vous.

Le type de grippe qui pourrait vous tuer dépend de votre année de naissance.

Selon des chercheurs américains, la réaction de notre système immunitaire face à une grippe est déterminée par la souche de la toute première grippe attrapée.

Pourquoi quand le virus de la grippe frappe, certaines personnes semblent avoir été frappées par un train alors que d’autres peuvent rester à la maison à regarder la télé laissant penser qu’elles ont plutôt choisi d’avoir une journée de congé qu’une absence motivée par des raisons médicales?

Non ce ne serait pas toujours le sexe qui détermine qui est plus frappé par la grippe. La fameuse grippe d’homme n’explique pas tout. Les scientifiques auraient maintenant une autre explication.

Selon certains recherches, publiées dans la revue Science, votre premier contact avec une souche du virus de la grippe pourrait bien expliquer comment votre système immunitaire réagira aux autres souches du virus de la grippe durant le reste de votre vie.

En fait, ce ne serait pas votre âge mais plutôt la souche de virus de la grippe en circulation lors de votre année de naissance qui compte.  Il faut savoir que la majorité des enfants auront fait au  moins une grippe avant l’âge de 5 ans.

Une empreinte immunitaire permanente serait laissée par ce premier contact avec la grippe donnant par le suite une protection importante contre les souche du virus de la grippe qui seraient apparentées. En revanche, lorsque vous attrapez une virus de la grippe d’une autre souche, votre système immunitaire est moins bien préparé et vous serez plus vulnérable.

Une importante protection contre la grippe selon votre année de naissance.

Les modèles statistiques montrent une protection de 75% contre les infections sévères et de 80% contre le décès lors d’infection avec les souches de virus de la grippe aviaire H5N1 et H7N9 lorsque la personne était née la bonne année.

Cette découverte pourrait permettre de mieux cibler les groupes de personnes vulnérables. Par exemple, si l’on sait qu’une souche spécifique de la grippe sera en circulation pendant l’hiver on pourrait prévoir qui risque le plus d’être affecté par le virus en regardant quel virus de la grippe était en circulation lorsqu’ils sont nés ou lorsqu’ils étaient en très bas âge. On pourrait ainsi leur recommander plus spécifiquement d’être vaccinés ou même leur offrir un vaccin mieux ciblé à leur besoin. Lors d’une pandémie de grippe, on pourrait utiliser cette information pour cibler les personnes qui devraient être vaccinées en premier en cas de pénurie de vaccin.

2 types de virus de la grippe A qui évoluent au fil du temps

Cette particularité de l’immunité face au virus de la grippe découle du fait que les virus de la  grippe A se divisent en 2 catégories, ceux de type 1 et ceux de type 2. Les virus de la grippe de type 1 comprennent les souches H1 H2 et H5 tandis que les virus de la grippe A de type 2 comprennent les virus H3 et H7.

Jusqu’à 1968, les virus de la grippe étaient plutôt de type 1. Entre 1968 et 1979, les 2 types de virus de la grippe prédominaient soit le type 1 et le type 2.  À partir de 1979 les 2 types de virus de la grippe A ont circulé à chaque année avec un type qui était plus prédominant.

L’évolution du virus de la grippe à travers le temps ou  à quel virus de la grippe êtes-vous plus sensible.

Si vous avez fait une première grippe qui était de type 1 par exemple une grippe H1N1 alors vous serez mieux protégé contre les grippe H1, H2 et H5 par exemple contre la grippe aviaire H5N1. Si au contraire votre première grippe était une grippe de type 2 comme une grippe H3N2, alors vous serez  plus résistant à une autre grippe aviaire soit la grippe H7N9.

Virus de la grippe en circulation au cours de années.
Virus de la grippe en circulation au cours de années. L’image est une gracieuseté de Ed Rybicki.

Par exemple si vous êtes né disons en 1965, les chances sont que vous avez  fait une grippe de type 1 avant 1968, soit la grippe H2N2. Votre système immunitaire serait alors mieux préparé à combattre les virus de type 1 dont le dangereux virus de la grippe aviaire H5N1.

Référence: A Bref History of Influenza. https://rybicki.wordpress.com/tag/flu-vaccine/

Restez informés: abonnez-vous!

Nouvelle souche H1N1 dans le vaccin contre la grippe pour l’hiver austral 2017.

La composition du vaccin contre la grippe pour l'hiver austral 2017.
La composition du vaccin contre la grippe pour l’hiver austral 2017 est connue.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) surveille à chaque année les souches du virus de la grippe en circulation en vue de déterminer quelle sera la composition du vaccin contre la grippe pour la prochaine année.

Compte tenu des caractéristiques antigéniques et génétiques des virus grippaux ayant circulé au cours des mois précédents, seule la souche de virus grippal A(H1N1) sera modifiée cette année.

Ainsi, l’OMS recommande pour les vaccins trivalents :

  • Pour le virus A(H1N1), une souche dérivée du virus A/Michigan/45/2015 (H1N1)pdm09 (au lieu de la souche A/California/7/2009 (H1N1)pdm09 qui était utilisée depuis la pandémie de grippe de 2009) ;
  • Pour le virus A(H3N2), une souche dérivée du virus A/Hong Kong/4801/2014 (H3N2), comme en 2016 ;
  • Pour le virus B, une souche dérivée du virus B/Brisbane/60/2008, appartenant à la lignée Victoria, comme en 2016 également.

Pour ces vaccins quadrivalents, l’OMS recommande comme l’année dernière d’inclure pour l’hémisphère sud la  souche B/Phuket/3073/2013, de la lignée Yamagata.

Début de la campagne de vaccination contre la grippe en France le 6 octobre 2016..

Disponibilité du vaccin contre la grippe en France.
Disponibilité du vaccin contre la grippe en France.
La campagne de vaccination contre la grippe saisonnière débute ce vendredi, la controverse au sujet de l’efficacité du vaccin fait poser des questions….voici des réponses.
Efficace ou non le vaccin contre la grippe?

À chaque année entre 2 et 8 millions de français attrappent la grippe et de 1500 à 2000 en meurent. La grippe est la maladie prévenable par la vaccination qui tue le plus de personnes à chaque année. Pourtant l’efficacité du vaccin contre la grippe est de pls en plus remise en question… Voici pourquoi.

Des données d’efficacité vaccinale variables

Le problème avec le vaccin contre la grippe, c,est que l’efficacité varie d’une année à l’autre selon, les souches utilisées et ce que l’on mesure. Classiquement lorsque l’on parle d’efficacité vaccinale, on parle de la capacité du vaccin de prévenir une consultation dans une clinique vaccinale pour une grippe diagnostiquée avec un test de laboratoire. On ne parle pas des complications comme l’hospitalisation ou le décès.

Au cours des années, le vaccin contre la grippe a montré une efficacité qui a varié de 0% à 60%. Les experts commencent maintenant à découvrir que l’efficacité du vaccin contre la grippe varie aussi selon la personne vaccinée. ll semble que lorsque l’on est vacciné à répétition i.e. à chaque année, avec l’efficacité du vaccin contre la grippe soit parfois moins bonne d’une année à l’autre si l’on compare avec une personne qui n’a été vaccinée qu’une seule année. Cette effet serait aussi variable selon la souche du vaccin.  Plus on étudie le vaccin contre la grippe plus on a de questions et plus les questions sont complexes. Par exemple, doit-on vacciner une personne en bonne santé qui n’a pas de contact avec des personnes vulnérables si l’on suppose qu’il est possible que le vaccin soit moins efficace lorsqu’elle sera plus vielle et vulnérable et qu’elle aura besoin d’être protégée contre la grippe? Qu’en est-il des travailleurs de la santé?

Les CDC américains viennent de se raviser et de retirer le vaccin intranasal en vaporisation chez les enfants car leurs études montraient qu’il n’était pas ou très peu efficace. Le Canada a maintenu le vaccin en disant que plusieurs études prouvent qu’il est efficaces.

En résumé, beaucoup de questions encore peu de réponses mais les experts s’entendent tous sur un point: plus une personne est vulnérable plus il est évident qu’elle devrait être vaccinées contre la grippe. le vaccin semble être plus efficace pour protéger contre la grippe chez une personne qui a une risque élevé de complications.

Qui sont les personnes pour qui le vaccin contre la grippe est indiqué en France?

Les personnes pour qui le vaccin contre la grippe est recommandé en France sont:

  • les personnes âgées de 65 ans et plus
  • les femmes enceintes, quel que soit le trimestre de la grossesse ;
  • les personnes, y compris les enfants à partir de l’âge de 6 mois,  atteintes des pathologies suivantes :
    • affections broncho-pulmonaires chroniques répondant aux critères de l’ALD 14 (asthme et BPCO) ;
    • insuffisances respiratoires chroniques obstructives ou restrictives quelle que soit la cause, y compris les maladies neuromusculaires à risque de décompensation respiratoire, les malformations des voies aériennes supérieures ou inférieures, les malformations pulmonaires ou les malformations de la cage thoracique ;
    • maladies respiratoires chroniques ne remplissant pas les critères de l’ALD mais susceptibles d’être aggravées ou décompensées par une affection grippale, dont asthme, bronchite chronique, bronchiectasies, hyper-réactivité bronchique ;
    •  dysplasies broncho-pulmonaires10 ;
    •  mucoviscidose ;
    •  cardiopathies congénitales cyanogènes ou avec une HTAP et/ou une insuffisance cardiaque ;
    •  insuffisances cardiaques graves ;
    •  valvulopathies graves ;
    • troubles du rythme graves justifiant un traitement au long cours ;
    • maladies des coronaires ;
    • antécédents d’accident vasculaire cérébral ;
    • formes graves des affections neurologiques et musculaires (dont myopathie, poliomyélite, myasthénie, maladie de Charcot) ;
    • paraplégies et tétraplégies avec atteinte diaphragmatique ;
    • néphropathies chroniques graves ;
    • syndromes néphrotiques ;
    • drépanocytoses, homozygotes et doubles hétérozygotes S/C, thalasso-drépanocytose ;
    • diabètes de type 1 et de type 2 ;
    • déficits immunitaires primitifs ou acquis (pathologies oncologiques et hématologiques, transplantations d’organe et de cellules souches hématopoïétiques, déficits immunitaires héréditaires, maladies inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur), excepté les personnes qui reçoivent un traitement régulier par immunoglobulines ; personnes infectées par le VIH quel que soit leur âge et leur statut immunovirologique ;
    • maladie hépatique chronique avec ou sans cirrhose ;
    • les personnes obèses avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40 kg/m2 , sans pathologie associée ou atteintes d’une pathologie autre que celles citées ci-dessus ;
Combien ça coûte?

Le vaccin contre la grippe s’achète en pharmacie -sans ordonnance- pour un prix allant de 6 à 10 euros. Il est remboursé à 65% par la Sécurité sociale. A cette prise en charge de base, peut s’ajouter le remboursement d’une éventuelle complémentaire santé. A noter que pour les personnes à risque, le vaccin est remboursé à 100% par la Sécurité sociale.

L’Assurance maladie prend en charge le vaccin contre la grippe saisonnière à 100 % pour :

  • les personnes âgées de 65 ans et plus ;
  • les femmes enceintes quel que soit le trimestre de grossesse ;
  • les personnes atteintes de certaines affections chroniques* ;
  • les personnes obèses ;
  • l’entourage familial de nourrissons de moins de 6 mois présentant des facteurs de risque de grippe grave* ;
  • les personnes séjournant dans un établissement de soins de suite ainsi que dans un établissement médico-social d’hébergement quel que soit l’âge ;
  • certains professionnels de santé*.

* Pour connaître les personnes ciblées par les recommandations vaccinales, consultez le calendrier vaccinal disponible sur le site du Ministère des Affaires sociales et de la Santé, ou demandez conseil à votre médecin traitant.

Qui injecte le vaccin?

Le vaccin contre la grippe peut être injecté par différents professionnels de santé: un médecin traitant, un médecin exerçant dans un centre de vaccination, un médecin du travail ou encore un infirmier (sur prescription médicale). Le professionnel posera quand même quelques questions pour s’assurer que la personne désireuse de se faire vacciner ne présente pas de contre-indications.

 

Épidémie de grippe à la réunion: longue et sévère.

Une épidémie de grippe à la Réunion longue et sévère.

L’ARS indique qu’après « une première vague épidémique de grippe survenue d’avril à juillet, le pourcentage de consultations pour syndrome grippal est de nouveau en augmentation » depuis la mi-août. L’Agence régionale de santé a dressé un nouveau bilan sur l’épidémie de grippe à la Réunion. Une seconde vague est observée depuis la mi-août. En une semaine, du 12 au 18 septembre, près de 8000 consultations ont été effectuées pour syndrome grippal. Depuis le 12 septembre, 3 cas sévères de grippe ont été déclarés et un patient hospitalisé depuis plusieurs semaines est décédé.

Au total, depuis le début de l’année, 66 cas graves de grippe ont été déclarés dont 18 d’entre eux sont décédés.

A la Réunion, la fin de l’hiver austral est une période habituelle de  recrudescence de la grippe. Suite à la rentrée scolaire, une augmentation des consultations pour syndromes grippaux chez les médecins sentinelles ainsi qu’une augmentation des appels pour grippe au Samu-Centre 15 ont été observées, avec identification des virus de la grippe A (H3N2) et B. Ces données se situent dans les moyennes saisonnières, indiquant une épidémie de grippe à la Réunion d’ampleur modérée, sans impact sur les services d’urgences.

Depuis la fin du mois d’août, les consultations pour syndrome grippal en médecine de ville ainsi que les passages aux urgences pour grippe sont de nouveau en augmentation, ce qui marque le début d’une deuxième vague épidémique de grippe. Cette recrudescence des syndromes grippaux est liée à la co-circulation de virus grippaux majoritairement de type A(H3N2) ainsi que d’autres virus respiratoires. On sait que les virus de la grippe A H3N2 donnent des saisons de grippe plus importantes avec plus de cas et plus de complications.

L’épidémie de grippe à la Réunion en 2016 est marquée par une durée longue (déjà 17 semaines épidémiques) ainsi qu’un nombre de cas graves hospitalisés en réanimation très élevé (66 patients depuis le début de l’année).

Après une première vague épidémique observée en juin-juillet , on observe une nouvelle augmentation de la part des syndromes grippaux rapportés par les médecins sentinelles depuis fin août.

Le nombre hebdomadaire de virus grippaux identifiés sur les prélè- vementsréalisés par les médecins sentinelles ré-augmente avec des virus grippaux de type A (H3N2) et B identifiés, indiquant la poursuite de l’épidémie de gripe à la Réunion. Depuis le début de l’année, 88 virus A(H3N2), 75 virus influenza B et une co-infection A(H3N2) et B ont été identifiés. Au total, sur 374 prélèvements réalisés, 44% sont positifs.

La surveillance des appels au Samu-Centre 15 indique cependant une augmentation des appels pour grippe la semaine dernière, se situant au dessus de la moyenne des deux années précédentes.

Référence: INVS: Le point épidémio

Composition du vaccin contre la grippe 2016-2017

La composition du vaccin contre la grippe 2016-2017.
La composition du vaccin contre la grippe 2016-2017 est connue.

La composition du vaccin contre la grippe est connue depuis février 2016.

L’Organisation mondiale de la santé a annoncé la composition recommandée pour les vaccins antigrippaux de la saison 2016-2017. Elle recommande de remplacer la souche d’influenza A(H3N2) par une souche qui du clade dominant 3C.2a et d’inclure une souche d’influenza B de lignée Victoria dans les vaccins trivalents. La souche d’influenza A(H1N1) de la pandémie de 2009 reste inchangée et les vaccins quadrivalents contiendront les mêmes souches d’influenza B que les vaccins de 2015-2016.

La composition des vaccins de la prochaine saison sera:

Souche Explications
grippe A(H1N1): analogue à la souche pandémique A/California/7/2009 Souche de la pandémie identique à l’an passé
grippe A(H3N2): analogue à la souche A/Hong Kong/4801/2014 (clade 3C.2a) Nouvelle souche
grippe B/Brisbane/60/2008, de lignée Victoria Cette souche de la grippe était dans les vaccins quadrivalents seulement en 2015-2016
grippe B (Quadrivalent): analogue à la souche B/Phuket/3073/2013, de lignée Yamagata Sera dans le vaccin quadrivalent seulement. Cette souche était dans tous les vaccins contre la grippe en 2015-2016.

Donc en résumé la seule différence dans le vaccin contre la grippe 2016-2017 par rapport au vaccin contre la grippe 2015-2016 est que la souche Switzerland (H3N2) a été remplacée par la souche Hong Kong.

L’OMS s’appuie sur l’observation des principales souches de virus Influenza qui ont circulé entre le 6 septembre 2015 et le 6 février 2016. Les souches H1N1 et H3N2 retenues pour le vaccin 2016/2017 sont celles qui ont été le plus souvent détectées par les organismes de surveillance. En ce qui concerne les Influenza B, ce sont les souches Victoria et Yamagata qui étaient les plus fréquentes, qui sont antigéniquement et génétiquement proches des souches Brisbane et Phuket.

Autres articles à venir concernant l’efficacité du vaccin contre la grippe. Abonnez-vous

Vaccin contre la grippe en spray nasal chez les enfants: quoi choisir?

 
Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal.
Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal.
Vaccin contre la grippe en spray nasal ou en injection: lequel est meilleur chez les enfants.

Il y a quelque mois les experts des CDC recommandaient que le vaccin contre la grippe en spray nasal ne soit plus utilisé  aux États-Unis car les études ont montré qu’au cours des dernières années,  il n’avait pas été  efficace pour prévenir a grippe chez les enfants et les adolescents tel que l’on pensait. Un autre étude  arrive à une autre conclusion. L’objectif  de cette étude était de déterminer si le vaccin contre la grippe en spray nasal Flumist était plus efficace que le vaccin inactivé en injection pour protéger les enfants et les adolescents contre la grippe.  L’étude s’est déroulée chez les Huttérites une communauté qui vit en petits villages ruraux isolés, un peu comme les  Amish,  lesquels sont souvent touchés par des éclosions de grippe. D’octobre 2012 à mai 2015, soit pendant 3 saisons de grippe , les individus de la communauté ont été divisés en 3 groupes.  Au total 1186 canadiens huttérites âgés de 36 mois à 15 ans  ont été vaccinés avec le vaccin contre la grippe en spray nasal ou le vaccin inactivé injectable et 3425 membres de la communauté n’ont pas été vaccinés. Le premier objectif était de déterminer  avec un test de laboratoire TR-PCR ( reverse transcriptase polymerase chain reaction) qui avait fait la grippe A ou B , chez les personnes vaccinées et non vaccinées. La protection accordée par le vaccin contre la grippe en spray nasal était de 77% tandis que la protection accordée par le vaccin contre la grippe injectable était de 72%.  5.3% des individus ayant reçu le vaccin contre la grippe en spray nasal ont fait la grippe  comparativement à 5.2% des personnes qui ont été vaccinées avec vaccin injectable contre la grippe. il n’y a pas de différence significative entre les 2 groupes(95% IC 0.85 à 1.24). La protection accordée par le vaccin contre la grippe en spray nasal et le vaccin contre la grippe injectable étaient comparables.

La controverse continue…

Ces résultats en apparence contradictoires montrent comment il est difficile de comparer l’efficacité de 2 vaccins contre la grippe. Il y a beaucoup de variables à tenir compte dans l’interprétation des résultats ce qui rend l’extrapolation des résultats d’une étude à une population plus vaste très compliquée. À titre d’exemple, les études menées au Canada utilisaient le vaccin contre la grippe trivalent tandis que le vaccin utilisé dans l’étude américaine était un vaccin quadrivalent (les vaccins trivalents contiennent 3 différentes souches de grippe tandis que les vaccins quadrivalents en renferment 4). Chaque souche de virus contre la grippe d’un vaccin contre la grippe est en compétition avec les autres souches pour stimuler le système immunitaire adéquatement. Certains experts pensent qu’il est possible qu’avec un nombre accru de souches le système immunitaire ait besoin d’une dose supérieure de virus pour être stimulé et produire des anticorps. On attend les recommandations des experts canadiens qui doivent se réunir en octobre. C’est à suivre…  

Le vaccin contre la grippe en spray nasal Fluenz ou Flumist non efficace?

Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal dont l'efficacité est controversée.
Flumist et Fluenz sont des vaccin contre la grippe en spray nasal dont l’efficacité est controversée.
Vaccin contre la grippe en spray nasal ne serait plus efficace.

Le vaccin contre la grippe en spray nasal FluMist ou Fluenz (en France),  est inefficace et ne doit pas être utilisé pour la prochaine saison de grippe 2016-2017, a indiqué, le 22 juin, un comité d’experts des Centers for Disease Control and Prevention (CDC) américains. Le vaccin produit par MedImmune, filiale d’AstraZeneca, est utilisé chez les jeunes de 2 à 17 ans.

Des données contradictoires sur le vaccin contre la grippe en spray nasal.

Selon  les CDC américains le vaccin contre la grippe en spray nasal (appelé Flumist aux États-Unis et au Canada et Fluenz en France) n’aurait pas été efficace au cours des 3 dernières saisons grippales.  Les données préliminaires montrent que le vaccin contre la grippe en spray nasal chez les enfants de 2 à 17 ans a montré une efficacité de 3% pendant la saison de la grippe 2015-2016 (intervalle de confiance -49% à + 37%).  Avec ces chiffres on peut estimer que le vaccin contre la grippe en spray nasal n’a apporté aucune protection chez les enfants pendant la saison 2015-2016.

En comparaison le vaccin contre la grippe injectable avait une efficacité de 63% (intervalle de confiance +52% à + 72%) pendant la même période, toujours chez es 2 à 17 ans. D’autres études de sources différentes en arriveraient aux mêmes résultats.

Mauvaise performance du vaccin contre la grippe en spray nasal durant les saisons 2013-2014 et 2014-2015.

Saison 2013-2014

Selon les CDC durant la saison de la grippe 2013-2014 les études n’ont montré aucune efficacité du vaccin contre la grippe en spray nasal Flumist contre la grippe A H1N1 chez les enfants pendant que pour les enfants de 2 à 8 ans, le vaccin injectable avait une efficacité de 60% contre le virus de la grippe H1N1. Le virus de la grippe A H1N1 était la souche de virus de la grippe prédominante en 2013-2014.

Saison 2014-2015

Durant la saison 2014-2015, l’efficacité du vaccin contre la grippe en spray nasal contre la souche de la grippe A H3N2 chez les enfants de 2 à 8 ans a été estimée  à  -23%  (intervalle de confiance à 95% de -90% à  21%) et l’efficacité du vaccin contre la grippe injectable était de 15% (intervalle de confiance de -20% à 40 %).  Ces données suggèrent que ni l’un ni l’autre n’a été efficace pour prévenir la grippe.

La compagnie AstraZeneca qui fabrique le vaccin contre la grippe Flumist a pour sa part réagit en émettant  un communiqué de presse disant que les données sont contradictoires avec celles  d’autres pays. Au Royaume-Uni des études ont montré une efficacité du vaccin contre la grippe en spray nasal de46-58% contre les souches de virus de la grippe en circulation.

Restez informé: abonnez-vous

Infections nosocomiales: état d’alerte à l’hôpital Georges-Pompidou

Infections nosocomiales: alerte à l’hôpital Georges-Pompidou

Comme si les infections à légionelle ne suffisaient pas, des champignons nommés aspergillus viennent d’être retrouvés dans les salles d’opération de l’hôpital Georges-Pompidou. . En attendant d’en trouver l’origine, des blocs opératoires sont fermés, de même que certaines urgences.

On se rappelle que l’hôpital Georges-Pompidou avait été enquêté en 2009 pour «homicides involontaires», «fautes caractérisées» et «mise en danger délibérée de la vie d’autrui». Un rapport d’expertise sur la construction du bâtiment a révélé des problèmes dans les tuyaux sanitaires «sous-dimensionnés . Une série d’«anomalies majeures» dans le réseau d’eau avait en fait été signalée, mais l’hôpital avait ouvert ses portes «en l’absence des certificats de conformité obligatoires». Le directeur de la société Gegelec-Dolbeau qui avait installé les tuyaux, et le directeur du bureau d’études qui contrôlait les travaux sont eux aussi été poursuivis dans cette affaire.

Cette fois c’est un champignon, l’aspergillus qui cause des problèmes.  «Lors des prélèvements systématiques de surveillance des salles 3,5 et 9 des blocs opératoires du 1er étage les prélèvements d’air et de surfaces (…) ont mis en évidence la présence de champignons filamenteux (seuil toléré: absence de champignons filamenteux).

Fermeture des urgences

Mardi, le Samu a été informé qu’en raison de la présence de ce champignon, les urgences othopédiques, viscérales de même que les urgences absolues de Pompidou étaient fermées. Les patients doivent être dirigés vers d’autres établissements. En plein état d’urgence et la veille du défilé du 14 juillet, la nouvelle inquiète au plus haut point les chirurgiens. Ils confient que si un événement comme le Bataclan venait à se reproduire, Pompidou ne serait pas en mesure de participer à l’effort collectif.

Ce mardi matin, une réunion de crise était organisée à l’Assistance publique-hôpitaux de Paris.

Aspergillose

L’Aspergillose est un terme qui regroupe les infections causées par des champignons appartenant au genre Aspergillus, dont les spores sont véhiculées par l’air. On pense qu’à peu près tous les humains inhalent des spores d’aspergillus à tous les jours. Totalement inoffensif pour la majorité de la population, ces champignons peuvent cependant provoquer différentes formes de mycoses chez les personnes dont le système immunitaire est affaibli.

De mauvaises conditions environnementales peuvent favoriser la croissance de ces champignons et les personnes hospitalisées qui sont vulnérables peuvent être affectées.

Antécédents de légionnellose

Onze patients avaient été contaminés entre 2000 et 2001 à l’hôpital Georges-Pompidou. Cinq d’entre eux étaient morts. De nouveaux cas de cette infection nosocomiale avaient été identifiés en 2007 dans le même hôpital.

Source:

Le Figaro