Archives du mot-clé H5N1

Les virus de la grippe aviaire H5N1 et H7N9 sont en augmentation.

Les grippes aviaires H5N1 et N7N9 doivent être surveillées de près.
Les grippes aviaires H5N1 e tH7N9 doivent être surveillées de près.
L’augmentation des cas de grippe aviaire H5N1, H7N9 et même H9N2 doit être surveillée de près selon l’OMS car ils sont en augmentation et une nouvelle pandémie de grippe est toujours possible.

En effet, le nombre de cas humains de grippe aviaire H5N1 et H7N9 a cru de façon significative dans les derniers mois.

Ceci pourrait indiquer que le virus est en train de muter et de devenir plus facilement transmissible de l’oiseau à l’humain. Une transmission soutenue de la grippe aviaire H5N1 ou H7N9 pourrait être le début d’une nouvelle pandémie de grippe. Le virus pourrait muter par exemple si un virus de la grippe saisonnière infectait en même temps une personne atteinte par un virus de la grippe aviaire H5N1 ou H7N9.

Les infections de grippe aviaire H5N1 ont monté en flèche en Égypte depuis le mois de novembre, alors que l’OMS fait état de 108 cas et de 35 morts — soit plus de cas en quatre mois que tous les pays combinés en un an. On se rappelle que ce virus a été observé pour la première fois chez les humains en Asie à la fin de l’année 2003.

Toujours en Égypte, les autorités médicales égyptiennes ont d’ailleurs découvert un nouveau virus, le H9N2, chez un nouveau-né, qui a finalement survécu.

Il y a eu 777 cas de grippe aviaire H5N1 depuis 2003 et 428 personnes ont succombé au virus. Le taux de mortalité est évalué à 55 pour cent.

Le virus de la grippe aviaire H7N9 entraîne le décès d’environ 35 pour cent des personnes qu’il infecte. Il serait toutefois plus contagieux que l’autre souche. Depuis deux ans, au moins 602 personnes l’ont contracté et 227 en sont mortes. Au cours des deux dernières années, quatre nouvelles souches de grippe aviaire ont été observées.

On se rappelle qu’en 2009 le virus de la grippe H1N1 avait pris le monde par surprise en devenant le virus responsable de la dernière pandémie. Les conséquences avaient été bien moindres qu’anticipé car ce virus n’était pas aussi virulent que les virus de la grippe aviaire H5N1 ou H9N7.

Restez informé: abonnez-vous!